Hura crepitans

Sablier, Sabliyé

Sand box tree, Molinillo

 

                                                                              

Sablier, Assacou, Arbre à dauphin, Bois-diable, Pet du diable, Noyer d'Amérique, Buis de sable, Bombardier, Repas de cloche singe, sandbox, sandbox tree, ajuapar, monkey no climb, Aubier de Ochoó, Possumwood, Jabillo, monkey's dinner-bell, sand-box tree, possum wood, dynamite tree, Monkey no-climb, monkey pistol, Ochoo, arbol del Diablo, acacu, monkey's dinner-bell, habillo, ceiba de leche, sand-box tree, possum wood, dynamite tree, ceiba blanca, assacu, posentri, wasaku, tenway, açacú, asi, waga, la, …

 

Famille

 

EUPHORBIACEAE

 

Origine

 

Amérique tropicale

 

Description

 

C'est un arbre tropical de grande taille qui a pour originalité d'avoir un tronc droit pouvant atteindre 30 mètres. Le tronc de cet arbre est recouvert de fortes épines rendant son ascension impossible. Le fruit explose bruyamment en projetant les graines 

Ses feuilles sont cordiformes, ses fleurs sont rouges et produisent un fruit ressemblant à une petite citrouille de bois. Floraison de Janvier à Juillet.

 

 

Habitat

 

Cultivé ou littoral sableux ou marécageux (Altitude 0-50m)

 

Multiplication

Graines

 

Culture et entretien

Sol humide sableux ou argileux. Rustique jusqu'à -11°. 

Exposition mi ombre à plein soleil.

Les graines germes dans l'ombre profonde.

 

Utilisations

 

Dangers

 

Latex toxique

 

- Usage ornemental

 

Très bel arbre. Peut être plantée en sujet isolé.

 

- Autres usages

 

La consistance molle de son bois permet de concevoir des meubles et notamment des boites à cigare.

Le caoutchouc provenant du suc est également utilisé.

Les méricarpes sont utilisées dans la confection de bijoux et mobiles en forme de dauphin.

 

Etymologie

 

Le nom Hura vient de l’Arawak et désigne l’arbre et Crepitans , grincement, cliquetis, participe présent de crepo, crepare, crepui, crepitum (comme les graines dans la gousse du bac à sable, Hura crepitans)

  

Ethnologie

 

Le latex fut utilisé autrefois par les amérindiens pour empoisonner les fléchettes et l’eau pour pêcher, mais aussi pour traiter des morsures de serpent.

  

Anecdotes

 

Son fruit était rempli de sable et utilisé (avant le papier buvard) pour absorber les surplus d’encre. 

Compteur Global gratuit sans inscription